Pick of the month February 2018: Social Justice

Le 20 février aura lieu la journée mondiale de la JUSTICE SOCIALE. Cette journée existe depuis 2009 et doit rappeler à tous que les gouvernements se sont engagés à faire de l’élimination de la pauvreté et du chômage une de leurs priorités. Le renforcement de la justice, la promotion de l’équité, la démocratie, la participation et la transparence sont les axes de travail proposés par l’assemblée des Nations Unies.

“La justice sociale est une condition fondamentale de la coexistence pacifique et prospère des hommes au sein des nations et entre les nations elles-mêmes. Nous servons la justice sociale lorsque nous défendons l’égalité des sexes ou les droits des peuples autochtones et des migrants. Nous faisons progresser la justice sociale lorsque nous abattons les obstacles liés au sexe, à l’âge, à la race, à l’appartenance ethnique, à la religion, à la culture ou au handicap.” Les Nations Unies

A l’ASTM, cette thématique est inscrite au cœur même de nos projets.

 

Insoutenables Inégalités. Pour une justice sociale et environnementale

Dans un contexte d’accroissement des inégalités et de chômage de masse, les politiques environnementales sont souvent perçues comme des contraintes supplémentaires, quand elles ne sont pas qualifiées de mesures anti-pauvres ou anti-ruralité. Pourtant, il existe un lien étroit entre les injustices sociales et environnementales.
En effet, les données chiffrées sont sans appel : au Nord comme au Sud, les plus riches sont les principaux pollueurs, tandis que les plus modestes sont davantage exposés aux risques et plus vulnérables face aux dégâts occasionnés, comme les récents ouragans en Atlantique l’ont montré.
C’est pourquoi la question de la justice sociale doit être mise au coeur des politiques de développement durable. Infrastructures, systèmes de mesure innovants, réformes fiscales… Les solutions et les exemples à suivre ne manquent pas. Seulement, leur mise en œuvre ne se fait pas du jour au lendemain, ni sans résistances, que ce soit en Europe, aux États-Unis ou en Inde. Afin d’accompagner et d’accélérer la nécessaire métamorphose de l’État social, l’auteur propose plusieurs pistes concrètes et plaide pour une meilleure articulation des luttes locales et de la coordination internationale.

 

Lucas Chancel

Les petits matins / 2017 / 184 p.

 

 

Justice sociale et paix en Afrique. Réflexions sur les voies du droit

Face au malaise et à la crise endémique que traverse le processus démocratique africain, il importe de jeter un regard analytique et réflexif sur la problématique de la paix en Afrique. Cet ouvrage montre que la construction d’une paix civile et politique laisse entrevoir que sa condition première, originelle et fondamentale, c’est la justice entendue à la fois comme pratique du bien et application du droit.

 

Halidou Yacouba

Halidou Yacouba est enseignant-chercheur en philosophie (dont il dirigea le département) à l’Université Abdou Moumouni de Niamey (Niger). Né a Sona (Tillabéri) en région du fleuve, il est titulaire d’une HDR en philosophie politique et sociale. Il fut Doyen de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’université de Zinder, à 900km de Niamey.

L’Harmattan / Études africaines / Octobre 2017/ 296 p.

 

 

 

Justice dans les relations économiques et justice sociale. Sources morales, ruptures historiques

Après avoir établi (Marchés sans justice, ruines sociales, 2013) la part de responsabilité des injustices économiques dans le processus de déstructuration sociale, l’historienne fait ici entendre d’anciennes recommandations de justice. Autant d’édifiantes contributions des philosophes grecs et des théologiens chrétiens, notamment saint Thomas d’Aquin, à la sauvegarde du bien commun. Puis, elle explique comment les économistes modernes ont soustrait les transactions commerciales aux règles de justice, attentives, en principe, à ne léser personne.

Chemin faisant, elle fait comprendre le décalage entre, d’une part les discours actuels sur la justice dite sociale – ils promeuvent les prélèvements fiscaux pour répondre aux urgences sociales –, et d’autre part la béance croissante des besoins à combler dans le sillage des injustices inhérentes à l’économie de marché du laisser-faire et du libre-échangisme.

La justice sociale est le but et le résultat de toutes les justices. Enveloppée de caritas, la volonté de justice sert la liberté qui permet à chacun d’épanouir ses talents au service de tous ; elle nourrit la cohésion et la paix sociales, ainsi que la paix entre les Nations.

Ces ouvrages sont d’une grande actualité alors que l’on commence, enfin, à discuter de la finalité de l’économie.

 

 Geneviève Gavignaud-Fontaine

Les Indes Savantes / 2017/ 286 p.

 

 

Eine interdisziplinäre Einführung in die soziale Gerechtigkeit. Ein Vergleich verschiedener Gerechtigkeitskonstruktionen

Studienarbeit aus dem Jahr 2017 im Fachbereich Sozialpädagogik / Sozialarbeit, Note: 1,7, Hochschule RheinMain (Sozialwesen), Veranstaltung: Soziale Gerechtigkeit – Eine interdisziplinäre Einführung, Sprache: Deutsch, Abstract: Im Vordergrund der folgenden Arbeit steht die Leitfrage, wie sich der Gerechtigkeitsbegriff in seiner allgemeinen und individuellen Bedeutung vor dem jeweiligen geschichtlichen Hintergrund veränderte und wie Gerechtigkeit heute verstanden wird. Zur Beantwortung der Frage, werden verschiedene Modelle der Gerechtigkeit analysiert und verglichen, angefangen bei Aristoteles.

Betrachtet man den Gerechtigkeitsbegriff im historischen Kontext der Antike, so lassen sich im fünften Buch der Nikomachischen Ethik nach Aristoteles fünf Perspektiven der Gerechtigkeit festhalten, die er, Schüler Platons, religions-, theologie- und metaphysiklos formuliert hat. Aristoteles griff damit die Problematik der Unbestimmtheit des Gerechtigkeitsbegriffs nach Platon auf, konkretisierte ihn in drei besonderen Formen der Gerechtigkeit und benannte Kriterien für gerechtes und ungerechtes Verhalten. Zunächst hält Aristoteles Gerechtigkeit im Allgemeinen etwas konkreter fest, als eine „Einstellung, alles das, was Gesetze und Sitte fordern, freiwillig zu erfüllen“ und bezieht sich damit auf eine Gerechtigkeit im gesetzlichen Sinne.

 

Maike Gehlert-Orth

Grin Verlag / 2017 / 10 S.

 

 

 

Politik sachlich und emotionslos. Reichtum, soziale Gerechtigkeit, Werte, neue Weltordnung

 Harald Kallmeyer will die politische Streitkultur verbessern, indem er populistische Schlachtrufe als pauschale Vorurteile entlarvt. Er analysiert u. a. Dauerbrenner wie Reichtum und soziale Gerechtigkeit aufschlussreich und in ruhigem Ton.

Harald Kallmeyer

Novum Verlag / 2017 / 50 S.

 

 

 

 

 

 

Die Utopie sozialer Gerechtigkeit. Zur Dialektik von Verdienst und Gleichheit

Die Utopien sind tot, es leben die Utopien.

In diesem Buch wird die Utopie sozialer Gerechtigkeit entwickelt. Inhaltlich besteht es in dem Dreischritt, aus im Alltag von jedermann hin und wieder geäußerten situativen Urteilen das gemeinsame Grundverständnis von Gerechtigkeit zu destillieren, anhand dieses Geländers die bedeutendsten zeitgenössischen Theoretiker sozialer Gerechtigkeit akribisch zu lesen und in konstruktiver Absicht zu kritisieren, um in ersten Ansätzen eine gerechtere Zukunftsgesellschaft zu skizzieren, deren quer zu tradierten Ideologien liegendes System sich ethischer Sozialismus nennen ließe.

 

Nicolas Dobra

Kulturverlag Kadmos / Juli 2017 / 308 S.

 

 

 

 

 

 

 

 

Share this