Slider

Pick of the Month February: Mois de l’histoire des Noirs – Black History Month

Promenade au Congo : petit guide anticolonial de Belgique

Visiter le Congo sans quitter la Belgique, c’est possible ! Lucas Catherine vous convie à redécouvrir la Belgique sous un angle original : de Bruxelles à Ostende, ce guide propose des promenades sur les traces du patrimoine congolais. Ces itinéraires constituent un véritable guide anticolonial qui donne à voir de manière saisissante à quel point la Belgique s’est enrichie et métamorphosée sur le dos de sa colonie.

Ce guide anticolonial des villes belges, traduction augmentée de l’ouvrage de Lucas Catherine Wandelen naar Kongo, vous invite à une relecture de l’histoire coloniale de la Belgique à travers des promenades, au détour d’une rue, d’un monument ou d’un bâtiment. De la conquête coloniale aux indépendances, en passant par l’époque léopoldienne (1885-1908) où le Congo fut une possession privée du Roi, le patrimoine public. de cette poque dévoile l’histoire de la colonisation. Les vieilles pierres délivrent leurs secrets : vous en découvrirez les acteurs, les grands événements et aussi une myriade d’anecdotes, parfois burlesques, souvent tragiques.

Dans cette édition, la contribution du CADTM (Comité pour l’abolition des dettes illégitimes) consiste à introduire la question de la responsabilité de la Belgique à l’égard du peuple congolais, de la fin du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui.

Lucas Catherine

CADTM, 2010, 176 p.


Peau noire, masques blancs

La décolonisation faite, cet essai de compréhension du rapport Noir-Blanc a gardé toute sa valeur prophétique : car le racisme, malgré les horreurs dont il a affligé le monde, reste un problème d’avenir. Il est ici abordé et combattu de front, avec toutes les ressources des sciences de l’homme et avec la passion de celui qui allait devenir un maître à penser pour beaucoup d’intellectuels du tiers monde.

Ce petit livre a pour but de faire découvrir et étudier ce beau texte de Fanon, plaidoyer passionné et convaincu pour une commune humanité sans projection racialequi divise les humains au lieu de les unir.

Cet ouvrage analyse les mécanismes d’aliénation qui cimentent la relation de noir/blanc nés du colonialisme mais aussi les moyens de s’en détacher. Frantz Fanon aborde aussi des thèmes tout à fait actuels comme la reconnaissance de l’esclavage, la culpabilisation de l’homme blanc ainsi que la concurrence victimaire.
Frantz Fanon est l’un des fondateurs du courant de pensée tiers-mondiste. Toute sa vie durant, il cherche à analyser les conséquences psychologiques de la colonisation à la fois sur le colon et sur le colonisé. Dans ses livres les plus connus, il analyse le processus de décolonisation sous les angles sociologique, philosophique et psychiatrique.

La décolonisation faite, cet essai de compréhension du rapport Noir-Blanc a gardé toute sa valeur prophétique : car le racisme, malgré les horreurs dont il a affligé le monde, reste un problème d’avenir. Il est ici abordé et combattu de front, avec toutes les ressources des sciences de l’homme et avec la passion de celui qui allait devenir un maître à penser pour beaucoup d’intellectuels du tiers monde.

Ce petit livre a pour but de faire découvrir et étudier ce beau texte de Fanon, plaidoyer passionné et convaincu pour une commune humanité sans projection racialequi divise les humains au lieu de les unir.

Cet ouvrage analyse les mécanismes d’aliénation qui cimentent la relation de noir/blanc nés du colonialisme mais aussi les moyens de s’en détacher. Frantz Fanon aborde aussi des thèmes tout à fait actuels comme la reconnaissance de l’esclavage, la culpabilisation de l’homme blanc ainsi que la concurrence victimaire.
Frantz Fanon est l’un des fondateurs du courant de pensée tiers-mondiste. Toute sa vie durant, il cherche à analyser les conséquences psychologiques de la colonisation à la fois sur le colon et sur le colonisé. Dans ses livres les plus connus, il analyse le processus de décolonisation sous les angles sociologique, philosophique et psychiatrique.

Frantz Fanon

Essais, 2015, 224 p.


Les routes de l’esclavage : histoire d’un très grand « dérangement »

Les routes de l’esclavage : histoire d’un très grand « dérangement », de Claude Fauque et Marie-Josée Thiel, est un livre très accessible au grand public qui offre un panorama de l’histoire de l’esclavage et de la traite transatlantique. Le livre est préfacé par Olabiyi B. J. Yäi, ambassadeur délégué permanent de la République du Bénin à l’UNESCO et Christiane Taubira-Delannon, députée de la Guyane française et auteure de la loi française numéro 1297, qui a défini la traite transatlantique comme crime contre l’humanité.

Publié en 2004, année internationale de commémoration de la lutte contre l’esclavage et de son abolition, l’ouvrage couvre presque un demi-siècle d’histoire tout en étant écrit dans un langage de compréhension aisée. Le livre comprend des extraits de quelques documents importants de l’époque, des reproductions de peintures, de dessins et de gravures sur l’esclavage ainsi que des photographies de sites liés à la traite. Ce matériel iconographique est sans l’ombre d’un doute l’aspect le plus remarquable de l’ouvrage, en attestant à quel point la traite transatlantique et l’esclavage étaient ancrés dans la vie sociale des Européens et des Américains depuis le XVIe siècle.

Claude Fauque et Marie-Josée Thiel

Hermé, 2004, 206 p.


Der Bus von Rosa Parks

Ben ist enttäuscht, als sein Großvater ihm im Museum nur einen alten Bus zeigen will. Doch dann lauscht er gebannt der Geschichte von Rosa Parks: Im Jahr 1955 hat nämlich sein Großvater in genau diesem Bus neben Rosa Parks gesessen, als sie sich weigerte, ihren Platz für einen Weißen freizumachen. Und dieses mutige Nein sollte die ganze Welt bewegen! Eine sehr kindgerechte Lektion in Zivilcourage mit großartigen Bildern im Stil des amerikanischen Realismus.

Ben findet seinen Großvater oft ein bisschen umständlich und denkt, er sei manchmal nicht mehr ganz bei Trost. Aber als er Ben in Detroit im Museum seine Geschichte und die von Rosa Parks erzählt, sieht Ben die Welt mit ganz anderen Augen. Rosa Parks’ Verhaftung war der Auslöser für die Entstehung der von Martin Luther King angeführten schwarzen Bürgerrechtsbewegung in den USA.

Fabrizio Silei und Maurizio A.C.Quarello

Jacoby Stuart / 2012 / 40 Seiten / ab 8 Jahren


Deutscher Kolonialismus – Fragmente seiner Geschichte und Gegenwart

In der zweiten Hälfte des 19. Jahrhunderst baute Deutschland sein Kolonialreich auf. Dass dieser Teil der deutschen Geschichte heute oft vergessen ist, hängt mit dem frühen Verlust der Kolonien durch die Niederlage im I. Weltkrieg zusammen. Kolonialgeschichte aber ist ein zentraler Teil einer gemeinsamen wenn auch rechtlich höchst ungleichen Geschichte von Europa und dem Rest der Welt. Kolonien waren das Schaufenster zu einer exotischen, geheimnisvollen Welt. Eine große Schau des Deutsches Historisches Museum Berlin gibt einen faszinierenden Überblick über die deutsche Kolonialgeschichte. Sie thematisiert Herrschaftspraxis und wirtschaftliche Ausbeutung sowie den Umgang mit der einheimischen Bevölkerung bis hin zum Völkermord. Forschungsreisen und christliche Missionierung spielen ebenso eine Rolle wie das Schicksal von in Völkerschauen gezeigten Afrikanern. Der Umgang mit der kolonialen Vergangenheit in Deutschland wie in den ehemaligen Kolonien lässt einen spannenden Blick auf ein schwieriges Erbe zu.

Deutsches Historisches Museum

Theiss / 2016 / 336 S.


Du crime d’être « Noir » : un milliard de Noirs dans une prison identitaire

De quelle identité peut-on se prévaloir lorsqu’on est « Noir » et que l’on s’appelle Toussaint Louverture, Ahmad Baba, Béhanzin, Malcolm X, Elijah Muhammad, Aimé Césaire, Cheikh Anta Diop, Frantz Fanon, Edson Arantes do Nascimiento alias Pelé, ou Nelson Mandela ? Des « Noirs », on en trouve sous tous les cieux, dans tous les pays, de toutes les religions, ä tous les niveaux des hiérarchies sociales. Mais peut-on dire ” les Noirs ” comme s’il s’agissait d’une espèce à part, comme s’il s’agissait d’un conglomérat d’individus tous identiques ? D’ailleurs, qu’est-ce qu’un « Noir » ? Qu’est-ce qu’être « Noir » ? Qui sont « Noir » ?

Après avoir été éjectés de la famille humaine pendant plusieurs siècles par le Code noir de Colbert, « les Noirs » ont-ils réintégré l’humanité ? Partout, on entend parler du « problème noir », de la « question noire ». Mais la «  question noire », n’est-elle pas aussi et surtout la « question non-noire », qui est aussi la «  question blanche », qui est aussi la « question arabe », qui est aussi la « question jaune », qui est surtout la question de l’humanité elle-même ?

Après avoir payé par millions de vies pour le crime d’être « Noirs », « les Noirs » doivent encore payer aujourd’hui pour le même crime : ils sont toujours « Noirs » ! De quoi rendre fou l’être humain le plus zen, de quoi faire des « Noirs » les locataires désespérés d’une prison identitaire.

Bassidiki Coulibaly

Homnispère / 2006 / 221 p.

Share this